L'Ecole Breguet

Créée en 1904, sous le parrainage d'une famille dont trois générations ont contribué aux progrès de l'électricité au XIXème siècle, leurs descendants ont accepté que la nouvelle école prenne le nom d'École Breguet.

L'École, dès sa création, est destinée à constituer dans le domaine des sciences et techniques de l'électricité, l'équivalent de ce qu'étaient depuis longtemps, les Écoles Nationales d'Arts et Métiers pour la mécanique, et délivre un diplôme d'ingénieur.

Reconnue par l'État par décret du 3 janvier 1922, son diplôme est revêtu de la signature du ministre de tutelle en 1926.

À la suite de la loi du 10 juillet 1934 ayant précisé les conditions de délivrance et l'usage du titre d'ingénieur diplômé, l'École Breguet continue de figurer sur la liste des établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur, après trois ans d'études consécutives à un concours d'entrée, aligné sur les exigences d'admission des écoles publiques similaires.

À son début en 1904, il n'était pas question d'électronique et encore moins d'informatique et de systèmes, mais d'électricité et de mécanique. Au fur et à mesure de l'évolution technique et technologique, l'enseignement de l'École s'est adapté. Des cours de TSF puis de radioélectricité ont fait leur apparition dans les années 30 à 40 et ont été remplacés et fortement développés après-guerre sous le terme général d'électronique.

L'enseignement scientifique et technique, complété par une large formation générale a permis aux quelques 4 000 ingénieurs issus des 60 promotions, de s'adapter à toutes les circonstances de leur vie professionnelle. On trouve des Breguet dans les secteurs d'activité les plus divers. En premier lieu, évidemment, dans la construction électrique ou mécanique, l'électronique, l'aéronautique, mais aussi dans les services nationaux tels que l'EDF, les Travaux Publics, les Transports, etc.

En 1960, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris, soucieuse d'adjoindre à son oeuvre d'enseignement une formation d'ingénieurs, porte son choix sur l'École Breguet, qui développe dès cette époque une large collaboration entreprise-école.

La dernière promotion d'ingénieurs issus de l'École Breguet est sortie en 1965.

En 1968, l'École a pris le nom d'École Supérieure d'Ingénieurs en Électrotechnique et en Électronique ; cependant, les premiers ingénieurs portant le titre d'ingénieurs ESIEE sont sortis en 1966.

Catégorie: